Camellia Sinensis, une maison de thé 2.0!

Cette année, lorsque François Marchand, dégustateur de thé et partenaire d'affaires de la Maison de thé Camellia Sinensis, ira choisir ces thés en Chine, il compte en informer ces clients et fans en direct avec Twitter et Facebook.  Car le web 2.0, Camellia Sinensis, ils connaissent, ils s'en servent et ils y croient!

Camellia Sinensis, qui veut dire théier ou l'arbre qui produit les feuilles de thé, c'est une petite entreprise québécoise créée il y a environ dix ans et spécialisée dans les thés. La maison de thé possède maintenant plusieurs salons de dégustation. (Quartier latin, marché Jean-Talon à Montréal et quartier St-Roch à Québec). Très bien installé sur le  web avec leur boutique virtuelle, Camellia Sinensis a aussi un blogue, disponibles en anglais via Tea Blog et en français avec le blogue du dégustateur.

J'ai passé un petit moment avec François Marchand pour qu'il me parle du virage de son entreprise vers le web 2.0. Il m'a expliqué que leur présence sur le web s'est bâtie progressivement. Lui et ses collègues ont pris le temps de voir les choses évoluer. Ils ont constaté que plusieurs plateformes telles Twitter et Facebook sont faciles à utiliser et ils les ont adoptées au fur et à mesure. Ainsi il y a deux ans, ils ont incorporé un blogue WordPress à leur site. L'idée du blogue est venue tout à fait naturellement puisque leur collègue Daniel publiait déjà un blogue sur le thé.  Depuis près d'un an, ils ont une page d'adeptes  Facebook et  plus récemment, ils ont ouverts deux comptes Twitter (CamSin Teahouse et Camellia The).   Avec discipline et organisation, ils arrivent à animer le tout et transmettre leur passion mutelle pour le thé.

Aller vers les médias sociaux, on y est allé un pas à la fois parce que bâtir sa crédibilité sur le web, ça se fait progressivement. L'important, c'est le contenu que tu veux passer et la manière que tu veux le faire. C'est analyser les médias puis déterminer la manière de les utiliser. Il ne faut pas aller vers trop de chose trop vite. L'idée ce n'est pas d'avoir un blogue plein d'images et d'être sur tous les médias. Notre philosophie, c'est d'y aller un pas à la fois. On sait que nous ne sommes pas en avance, mais on n'est pas en retard.

Des idées pour continuer à bâtir leur présence web, François en a beaucoup.

Tout s'en va vers le web. Si on pense aux applications pour les téléphones, je connais une compagnie de thé qui a développé sa propre app. Croyez moi, j'en veux une moi aussi, mais on parle de coûts importants. À un moment donné, cela pourrait être une super belle avenue, un outil très intéressant autant pour nous que pour nos clients. Pour fidéliser les clients, ce n'est pas juste du bonbon, car en bout de ligne, ça leur fait rappeler  notre existence chaque fois qu'ils ouvrent leur téléphone.

François n'est pas forcément un gars de web, mais il est un entrepreneur dans l'âme, un contemporain, comme ces trois collègues d'affaires. L'informatique comme il le soulignait est un atout important, peu importe le métier. Au sein de l'équipe, il a développé différentes compétences bien pratiques pour travailler le web. Une petite base en programmation, une en graphisme, une autre en photo. 

Comme il l'explique très bien, <des entreprises comme la nôtre, on aura intérêt à aller vers le web 2.0. Entre ça et payer $700 pour une annonce dans un journal, je trouve que le web est beaucoup plus dynamique. Je trouve que les gens qui s'intéressent au web, c'est plus ciblé. Le web fait partie de leur routine. Les fans de Facebook, vont aller régulièrement sur la page et ils nous voient. C'est bien mieux que quelqu'un qui lit un journal, pi on ne sait même pas s'il a passé une seconde sur notre pub.>

Avec Google Analytics, ils ont vu le nombre de visiteurs augmentés ainsi que le temps et le nombre de visites.  Leur présence sur le web est appelée à croître. C'est François qui le dit.  <Pour le type de commerce que l'on a, en dehors d'ouvrir des boutiques physiques, c'est le web qui nous offre la plus grande opportunité. On peut très bien s'implanter dans New York avec un site web pour la distribution. C'est clair que le développement va passer énormément par le web pour nous.>

Garder l'oeil ouvert, car en avril, François nous parlera de la Chine viaTwitter! Et l'an prochain, ce sera peut-être de New York! Peut-être avec un petit vidéo de dégustation en plus, comme le fait Bu sur le web. Ce serait génial! Entre temps, aller jeter un coup d'oeil sur leur livre, Thé, histoire, saveurs, terroir que vous pouvez obtenir via leur boutique virtuelle. Faites le tout  en sirotant un bon petit thé Wulong.

Publicités
Comments
2 Responses to “Camellia Sinensis, une maison de thé 2.0!”
  1. Valencia Léger dit :

    Merci de nous faire découvrir cette maison de thé tout en nous montrant concrètement le potentiel du Web pour les petites entreprises. 

    • Merci beaucoup Valencia d’avoir pris le temps de lire mon article. C’est très apprécié. J’aime beaucoup faire ces entrevues et rencontrer des entrepreneurs super dynamiques dans tous les sens du mot!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Inscrivez votre adresse courriel

    Rejoignez 2 autres abonnés

  • février 2010
    L M M J V S D
    « Jan   Sep »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
%d blogueurs aiment cette page :